Au milieu des nombreuses images venues témoigner de la violence du tremblement de terre qui a secoué le Népal samedi dernier, plusieurs fausses photos et vidéos du séisme ont été relayées sur les réseaux sociaux. Certaines d’entre elles ont même été diffusées en direct par des chaînes de télévision.

Quelques heures à peine après qu’une avalanche provoquée par les secousses a enseveli le camp de base de l’Everest, très fréquenté par les alpinistes à cette période de l’année, la photo ci-dessus a été diffusée sur Twitter. Elle a même été relayée par des sites d’information dans leur couverture en direct du tremblement de terre. Mais comme l’ont observé plusieurs internautes en utilisant un moteur de recherche d’images inversé, ce cliché publié sur le site de l’agence Mountain Guides a été pris lors d’un trek en octobre 2008. Ces dernières années, elle avait d’ailleurs été utilisée à de nombreuses reprises pour illustrer des articles sur des avalanches dans l’Himalaya, rapporte lemonde.fr.

Dans le même temps, plusieurs vidéos présentées comme des images enregistrées pendant le séisme ont également été partagées sur les réseaux sociaux. C’est le cas de la séquence ci-dessus qui montrerait un mini-“tsunami” provoqué par le séisme dans une piscine. Plusieurs médias dont la chaîne indienne TV9 l’ont même diffusé à l’antenne alors que ces images ont en fait été capturées par une caméra de surveillance d’un hôtel de Mexicali, au Mexique, pendant un séisme de magnitude 7,2 en avril 2010. La vidéo originale comporte d’ailleurs la date et l’heure de la prise de vue, des informations qui n’apparaissent pas dans la version qui circule depuis plusieurs jours.

Même cas de figure dans la vidéo ci-dessus décrite par de nombreux internautes comme l’une des scènes à laquelle assistent les Népalais depuis le tremblement de terre. Sauf que ces images impressionnantes ont en réalité été tournées au Caire le 23 avril, soit deux jours avant la catastrophe. Là aussi, de nombreux médias se sont faits piéger à l’instar de TF1 qui les a diffusées, dimanche, dans son JT de 20h, comme l’a relevé 20minutes.fr. Si l’on regarde de plus près, la boutique située à côté du bâtiment qui s’est écroulé porte une enseigne en arabe. En allant plus loin, des internautes ont judicieusement remarqué que les témoins que l’on entend dans la vidéo ne parlent pas en népalais.

Des détails qui auraient dû mettre la puce à l’oreille des rédactions et éviter ainsi des erreurs devenues monnaie courante dans la course aux images systématiquement engagée après des catastrophes d’une telle ampleur.

There are no comments.

Leave a Reply