Nos écrans ont toujours été plus larges que hauts. Mais l’arrivée du téléphone portable dans nos poches défie les usages : filmons-nous toujours dans le bon sens ?

“Dites non aux vidéos verticales !”, interpelle Mario, un fantoche aux poils rouges sur Youtube le 5 juin 2012. Le clip, intitulé Le syndrome de la vidéo verticale et repéré par le site Gizmodo, a été vu près de sept millions de fois depuis sa publication. Deux marionnettistes Vincent Bova et Damien Eckhardt-Jacobi, auteurs de la vidéo, font passer leur message : “les vidéos verticales, c’est quand vous tenez votre caméra dans le mauvais sens”. (Pour visionner le sktech avec les sous-titres en français, appuyer sur le bouton CC en bas à droite du lecteur)

Du cinéma à l’ordinateur en passant par le minitel et la télévision, nos écrans ont toujours été plus larges que hauts, rappellent-ils. “Les yeux des gens sont horizontaux. Nous ne sommes pas faits pour regarder des vidéos verticales.” Ce sketch n’est que la partie émergée de l’iceberg des millions d’internautes, harassés par les clips filmés en mode portrait et encadrés de deux bandes noires au moment de leur diffusion. Même Google a mis le holà en 2014 en développant sous Android une application incitant l’utilisateur à filmer à l’horizontale (voir l’article de Gizmodo en anglais).

Chez Citizenside aussi, nous incitons les témoins d’actualité à faire l’effort de tourner le poignet pour que leurs images puissent être diffusées sur tous les supports et en plein écran. Mais trois ans après la tribune des marionettes de Vincent Bova et Damien Eckhardt-Jacobi, les annonceurs et médias prédisent un tournant dans l’histoire du film : “la vidéo verticale, c’est le futur”. Alors, filmons-nous toujours dans le bon sens ?

Le règne de l’horizontale a été remis en question dès mai 1999 avec l’arrivée du premier téléphone portable équipé d’une caméra, distribué par la compagnie japonaise Kyocera. La hauteur de l’écran du Kyocera VP-210 dépasse sa largeur. L’appareil tient au creux de la main. Le geste est simple, facile. La bascule vient de s’opérer.

S’il est impossible de savoir combien de vidéos ont été tournées à la verticale depuis, leur nombre croit à pas de géant. En 2015, aux Etats-Unis, près d’un tiers du temps de la consommation moyenne de vidéos par jour se fait à la verticale, selon l’investisseur Mary Meeker. Une tendance impulsée par l’arrivée du smartphone dans nos poches.

Un tournant dans l’histoire de la vidéo ?

L’année 2015 pourrait bien être le début de l’âge d’or pour la vidéo à la verticale. Au mois de mars, l’arrivée de Meerkat, une plateforme de diffusion vidéo en direct (streaming) et de Periscope, son concurrent racheté par Twitter, encourage à tenir nos téléphones droit comme des “i”. Les médias entrent aussi dans la danse : quatorze d’entre eux, dont le géant CNN, diffusent des vidéos verticales sur l’application mobile de photos et vidéos éphémères Snapchat. Le quotidien américain The New York Times et le groupe anglais de télévision BBC s’essayent au genre.

Crédits:Likeable.com

En juillet 2015, Google retourne sa veste. Sa plateforme Youtube annonce la possibilité de lire en plein écran les vidéos verticales. Facebook fait de même. Et Vervid voit le jour : la première application de diffusion pour vidéos plus grandes que larges uniquement. John Wahley,  le PDG de Vervid se justifie dans L’Obs le 3 octobre 2015 :  “Nous, les humains, sommes verticaux. Plus hauts que larges. (…) pour photographier, filmer des gens, la verticalité prend tout son sens. C’est parfait pour la génération selfie…” Moins parfait pour informer.

Filmez large pour mieux informer

Outre la question du support, John Wahley le dit lui-même : “pour les paysages, il vaut mieux privilégier le format horizontal”. Le même constat peut être fait pour les vidéos d’actualité. Plus l’image est large, plus elle comporte de détails sur une action, son décor, le nombre de personnes présentes, l’ambiance, la météo, son contexte.

Un exemple : le 10 octobre 2015, la Turquie a été frappé par un double attentat faisant au moins 95 morts. Le jour même, un amateur a pris en vidéo – à l’horizontal – l’une des deux explosions qui a eu lieu en plein centre ville de la capitale turque Ankara.

Sur la vidéo repérée par l’agence Dokuz8haber (ci-dessous à gauche), on voit des manifestants chanter et danser, se tenir par la main. A la cinquième seconde, une déflagration apparaît en haut à gauche de l’écran. Si la vidéo avait été tournée à la verticale (voir ci-dessous à droite), l’explosion ne serait certainement pas apparue à l’image.

Vertical ou horizontal, chaque sens a son utilité. Mais nous continuons d’encourager les potentiels témoins d’actualité à adopter le format horizontal pour deux raisons. La première, mentionnée ci-dessus, plus l’image est large, plus elle est informative. La seconde, les vidéos horizontales restent les seules à pouvoir être visionnées sur n’importe quel écran. Smartphone compris. D’ailleurs, Periscope a annoncé le 10 septembre dernier la possibilité de diffuser en direct des vidéos à l’horizontal. Alors avant de filmer, pensez bien à lever un peu votre coude avant d’appuyer sur le bouton “enregistrer”.  

There are no comments.

Leave a Reply